Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien

My God !... I love Nolde.

Publié le 30 Septembre 2008 par Atalante dans Billets d'humeur





   

    
  ll paraît que c'est l'automne depuis une semaine.
Ce n'est vraiment une évidence qu'aujourd'hui. Le tourbillon des feuilles mortes m'accompagnaient dans les spirales de mes pensées, très prosaïques, je l'avoue. Je devais me procurer une cafetière italienne de toute urgence. Car, pas de café, pas de pensées.  Remarquez, pour les effets qu'elles suscitent (les pensées noires)... mais bon, j'adore le café. Je ne sais comment je m'arrange, mais je détériore une cafetière deux fois par an. Ce doit être mon rythme avec les choses d' Ici-bas.
  
     L'automne est ma saison préférée avec le printemps. Je me suis rendue aux Galeries Nationales du Grand Palais voir cette sublime exposition d'Emile Nolde, peintre allemand expressioniste, très attaché à sa campagne allemande, né en 1867 à Nolde.




   Tournesols mûrs, 1932
Huile sur toile - 73 x 88 cm
Detroit, Institute of Arts



       

   Sa biographie comporte un travers notable : il était très opportuniste (pour être polie) durant le régime "National-Socialiste", avant de se retrouver fiché artiste "dégénéré". Il aurait été plus élégant de sa part, qu'il s'en aperçoive tout seul. Klee est bien parti en Suisse (le musée de Berne est une merveille).   

      Ha !... les artistes, les philosophes, et, le Pouvoir.... si on cherche la réussite à tout prix, on en devient pas vraiment noble. Mais qui ne cherche pas la facilité, ne trouve pas vraiment la réussite. Relisez donc ce beau livre de Klaus Mann, fils de, Le tournant. J'ai un mal terrible à dissocier l'oeuvre du parcours politique de l'artiste. Mais une connaissance, ex-peintre, devenu antiquaire, m'a tout expliqué :

         - il y aurait, d'une part, la création, oeuvre faite même à l'insu de son créateur, don de Dieu, en quelques sortes ;  
       
        - il y aurait, d'autre part, le créateur, pauvre mortel qui ne sait pas ce qu'il fait, que Dieu lui pardonne.
 
     Cette connaissance m'a demandé, péremptoire : "Tu n'aimes pas
Céline ?"  J'ai répondu avec aplomb "Non. Pas du tout.". Il m'a dit : "Tu vois, j'aime l'oeuvre de Klein, alors que c'est un être superficiel". Je n'ai pas trop compris l'illustration de son propos pédagogique. D'ailleurs, vous l'aurez compris, cette connaissance est vraiment une connaissance. On apprend beaucoup de l'air du temps de la bouche des connaissances.

    Mais la peinture d'Emile Nolde.... ses couleurs sublimes, des tournesols avec des jaunes d'enfer (Blauer Himmel und Sonnenblumen- 1928), des mers et des cieux avec des bleus volés je ne sais dans quel au-delà, des roses à faire pâlir Bonnard, des rouges aquarelle à vous piquer le sang... m'a véritablement impressionnée. Son nom contient presque le mien... alors !... (alors, ça me glace un peu, j'avoue).

    C'est très compliqué, l'amour. On n'aime pas forcément que les gens biens. On ne tombe pas toujours sur des anges (et, nous même, ne sommes nous point des bêtes ?). Notre part maudite nous guide parfois... en enfer !... My God, I love Nolde...



    Si par hasard, vous aviez le désir de vous rendre à l'exposition, osez avoir une aimable pensée pour moi devant Wildtanzende Kinder (Ronde endiablée)-1909.

commentaires

Diable... un chat !...

Publié le 27 Septembre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis





LE CHAT




"Le chat est un domestique infidèle, qu’on ne garde que par nécessité, pour l’opposer à un autre ennemi domestique encore plus incommode, et qu’on ne peut chasser : car nous ne comptons pas les gens qui, ayant du gout pour toutes les bêtes, élèvent des chats que pour s’en amuser; l’un est l’usage, l’autre l’abus; et quoique ces animaux, surtout quand ils sont jeunes, aient de la gentillesse, ils ont en même temps une malice innée, un caractère faux, un naturel pervers, que l’âge augmente encore, et que l’éducation ne fait que masquer."


Histoire naturelles des animaux  1756. Buffon


                           


















                                       
                                                                                                                              EXPOSITION  AU JARDIN DES PLANTES




                                                                                                                       
                                                             En hommage à Pandora, Cappuccino, Maffu, Dolly et à leur "malice innée" ...
                              

                      


                                                                     

commentaires

Le miroir des idées

Publié le 23 Septembre 2008 par ATALANTE dans Morceaux choisis

   


        















        Her Grace is all she has
        And that, so least displays,
        One art, to recognize, must be,
        Another Art, to praise -
      
           Quatrains, Poésie Gallimard.                                          1864-1865                                                                Emily Dickinson                 


                                                        
                         


Le miroir des idées
(Michel Tournier)    
                                                                                         
                                      

commentaires

Pas vraiment blanches

Publié le 18 Septembre 2008 par ATALANTE dans Histoires d'oiseaux

   



   
    Cet été, j'ai beaucoup flâné du côté du lac de La porte d' Orée.
Comme je n'avais rien à me mettre sous la dent, j'ai "croqué" des oies sauvages.
Dieu m'a punie. Je suis devenue par miracle végétarienne (je mange quand même du Poulet).




Bernache du Canada
(Branta canadensis)                                                                                              






















































    
   

   

        Désolée, Cher(e)s ami(e)s, mais comme vous pouvez le constater sur ces deux dernières photographies, mon ombre (probablement, par empathie pour tout oiseau existant dans notre univers) est restée collée.









commentaires

Merle moqueur

Publié le 16 Septembre 2008 par ATALANTE dans Histoires d'oiseaux



Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur


Mais il est bien court le temps des cerises
Où l’on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreille
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sur la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant


Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai point sans souffrir un jour
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi vos peines d’amour


        
          J'aimerai toujours le temps des ceri
ses
          C'est de ce temps-là que je garde
Une plaie ouverte
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne pourra jamais fermer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur.

Le temps des cerises. Jean-Baptiste Clément (1836-1903)

 

                                                                                      

                                                    
1,


                                                                                               
   2, 





















                                                      
 
  3,


















                                                                                                                            
                                                                                                      
   j'irai dans les bois.               


















                                                                                   4, 5, 6, cueillir des cerises...

 Vos reprendrez bien un petit 1871 ?


commentaires

La veuve rit jusqu'au ciel

Publié le 15 Septembre 2008 par ATALANTE dans Morceaux choisis






La mort habite mon Coeur
Comme une petite veuve
Elle sanglote elle est lâche
J’ai peur je pourrais vomir

La veuve rit jusqu’au ciel
Et déchire les oiseaux.

L’impossible. Georges Bataille












commentaires

Vous pouvez toujours les cueillir !... ce serait le bouquet !...

Publié le 14 Septembre 2008 par ATALANTE dans Morceaux choisis






   Fleurs sauvages à ficher sur le fichier Edvidge (devenu fin septembre le ficher "Avenir", comme les contrats ANPE et les contrats d'assurance vie... pour échapper au fichage généralisé, il faudrait devenir habitant cavernicole, peut-être !... un Avenir très rassurant, je suppose !...).



















   
Plus de bouquins, point de gazettes !        
Je hais cette submersion.
Nous irons cueillir des noisettes
Dans l'été, fraîche vision.                                                                    

La banlieue, amis, peut suffire.  
La fleur, que Paris souille, y naît.
Flore y vivait avec Zéphyre
Avant de vivre avec Brunet.                                           

                            
Aux champs les vers deviennent strophes.
A Paris l'étang, c'est l'égout.
Je sais qu'il est des philosophes
Criant très haut : -"Lutèce est tout !

"Les champs ne valent pas la ville !"
Fils, toujours le bon sens hurla
Quand Voltaire à Damilaville
Dit ces calembredaines-là.
.......

Le poète bat aux champs.
Les chansons des rues et des bois. Victor Hugo                                                                        





                            




commentaires

Le moineau et le pigeon sont sur un bateau

Publié le 10 Septembre 2008 par ATALANTE dans Histoires d'oiseaux



   
    Il faut me pardonner cette métaphore. Je n'ai aucune animosité envers les pigeons.  J'espère que la hardiesse du moineau, malgré son apparente fragilité, pas si farouche lorsque qu'il s'agit de son ventre dodu de moine (moineau vient de moine), sera rudement imitée par mes pairs (les pigeons ?).



                                      
                                  
Lutte des classes au sein des vertébrés tétrapodes ?
                                                    



                                                                                               


   
















                                                                                                            












                                                                                                























                               

Je n'en veux pas de ce quignon de pain mais ce pigeon méritait une bonne leçon.


commentaires

Les nuages sont bas ils vont tomber Georgia

Publié le 9 Septembre 2008 par ATALANTE dans Morceaux choisis










Je ne dors pas Georgia
.....
Voici une ville qui est la même
et que je ne connais pas Georgia
je fuis Georgia
je cours Georgia
les nuages sont bas ils vont tomber Georgia
.....

Georgia, 1926. Philippe Soupault





































commentaires

Ça existe Travailleuse onirique ?

Publié le 9 Septembre 2008 par ATALANTE dans Histoires d'oiseaux



                                                              
                                                  
                                                                            L'un chante l'autre pas

      















 
                        Canard à la balançoire
                                      



                        Travailler plus pour rêver moins ?


                                                                                                            Trois signes du futur                                                                                                                                                                                                                                                                                             

          








commentaires

Ciel ! Un mur Rue Descartes dénué de publicité...

Publié le 9 Septembre 2008 par ATALANTE dans Morceaux choisis







... Mais habillé avec élégance et surtout avec spiritualité par Alechinski et Bonnefoy
 (deux grands créateurs de haute-couture)...




Passant,
regarde ce grand arbre
            et à travers lui
il peut suffire.

Car même déchiré, souillé
            l’arbre des rues,
c’est toute la nature,
            tout le ciel,
l’oiseau s’y pose,
            le vent y bouge, le soleil
y dit le même espoir malgré
            la mort.

Philosophe,
as-tu chance d’avoir l’arbre
            dans ta rue,
tes pensées seront moins ardues,
            tes yeux plus libres,
tes mains plus désireuses
            de moins de nuit.

                                Yves Bonnefoy

 

                                                                                  

 

 


commentaires

Le spleen de Paris ou les nuages de Baudelaire

Publié le 7 Septembre 2008 par atalante dans Morceaux choisis





"- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... les merveilleux nuages ! "

L'étranger, Le spleen de Paris. Baudelaire
























                                                                       Nuages made in Honfleur




commentaires

Un petit signe de la rentrée

Publié le 5 Septembre 2008 par atalante dans Billets d'humeur

 

 


   

   
       

      C'est vrai, vous allez vous dire :
" - Elle est en vacances toute l'année". Ce n'est pas vraiment faux. Mais j'ai toujours un tout petit peu méprisé les vacances.

        Tous et toutes pensent avoir le devoir estival de partir alors que Paris est si joli, l'été, au mois d'août (pas besoin de Paris-plage, vraiment !). Les plages sont noires de bruits et blêmes de chairs molles triturées par le soleil, dans un ciel bleu sec sans nuages. Bah !

     Pas une parcelle de notre planète n'est oubliée par les touristes terroristes consuméristes.Toutes les grandes villes se ressemblent... et les cadeaux de souvenirs... et les photos de vacances... par pitié !


    Les vacances existent juste pour que les journalistes peuvent claironner dans leur mortel ennui que la moitié des français ne partent pas, eux. Que serait le bonheur sans le malheur des autres, n'est-ce pas ? Quel serait le bonheur d'être riche sans "nos" pauvres, hein ?

 

    Et puis, partir le reste de l'année, en basse saison, c'est moins cher et plus snob, eh ! Ha, le mois de juin !.. et le mois de septembre !.. Nul besoin de voyager bien loin. Il suffit de voler en direction de Chantilly. C'est beau. C'est tellement de la joie de partir quand tout le monde travaille.
  Bref, d'être à contre-courant.

    De plus, la rentrée, c'est le retour du politique, du social, des grèves, des râleurs, des couleurs de l'automne, du mi-figue mi-raisin, du stress, des moineaux, de l'été indien, de l'agitation urbaine, bref, de tout ce que j'aime. On penserait presque que c'est le retour du cortex.

    Il n'y a qu'une chose vraiment que je déteste à la rentrée. C'est le retour de la télé.

    Oui, je sais, je sais qu'il y a une bonne et une mauvaise télé. Mais elle me donne la nausée (bon, j'avoue que lors de mes crises existentielles semestrielles, je regarde "Plus belle la vie", mais, après, c'est encore bien pire...). La télé, c'est comme la boîte de Pandore. Dès qu'on l'ouvre, l'horreur est partout. Pas un seul centimètre de notre terre serait généreuse et bonne. Que des affreux (ses), des méchant(e)s, des pervers(es). Elle fait un bruit nauséabond et elle fait peur. Son message : restez tranquille chez-vous, dehors la terre tremble ! Vous n'êtes pas heureux ? Mais regardez donc ailleurs, c'est pire ! ... alors estimez vous chanceux !

    Il fait encore beau.

     Sortez, allez aux terrasses, jouez aux cartes, parlez, mettez vous au vert, faites des folies de votre corps, faites corps avec vos folies, créez un nouveau parti politique, une association de malfaiteurs, un club de farniente, l'oisiveté est mère de tous les délices, faites un effort pour parfaire votre destinée, regardez-vous dans la glace avec fierté, tournez-vous les pouces, secouez-vous les puces, soyez troubadours, jouez aux princesses, rêvez, dansez, grillez-en une, une autre, tout le paquet, offrez-vous une bonne bouteille de champagne, faites de la boulimie, devenez anorexique, lisez de la poésie irlandaise à haute-voix, aimez-vous les uns les autres, soyez fâchés contre vos voisins, torturez-vous les neurones, cherchez midi à quatorze heures, Punaise !.. révoltez-vous un peu que Diable !, prenez un rendez-vous mondain avec le Dalaï-Lama, intriguez, battez-vous en duel, cuisinez, surfez sur meetoc, devenez anachorètes, allez dans des clubs louches, assumez vos perversités, faites l'ange et la bête, priez Dieu, devenez fervent(e) athé(e), marchez au hasard, une rue, un labyrinthe, une impasse, un boulevard, un carrefour, un banc, un square, une rencontre...  enfin faites, évidemment, tout ce qui vous plaira de faire... mais, de grâce, de grâce...  éteignez vos télés !..

      Je voulais juste vous faire un petit signe de la rentrée. Voilà qui est fait.
   
  

commentaires