Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien

À chat perché

Publié le 31 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis






 
À CHAT PERCHÉ



    Je ne peux m'expliquer rien au monde que d'une seule façon : par le désespoir. Dans ce monde que je ne comprends pas, dont je ne peux rien admettre, où je ne peux rien désirer (nous sommes trop loin du compte), je suis obligé par surcroît à une certaine tenue, à peu près n'importe laquelle, mais une tenue. Mais alors si je suppose à tout le monde le même handicap, la tenue incompréhensible de tout le monde s'explique; par le hasard des poses où vous force le désespoir.
.....

    ... Mais il est peut-être une pose possible qui consiste à dénoncer à chaque instant cette tyrannie : je ne rebondirai jamais que dans la pose du révolutionnaire
ou du poète.
                                                                                                                                                                                           1929-1930

   Le parti pris des choses,
Francis Ponge, Éditions Poésie / Gallimard.
 


 

Le funambule , 1923, Paul Klee.



commentaires

Comment dire

Publié le 27 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis






                                                
Nu couché avec une seringue hypodermique, 1963. Francis Bacon
                                                                                                                
                         



Comment dire

  

Folie —
folie que de —
que de —
comment dire —
folie que de ce —
depuis —
folie depuis ce —
donné —
folie donné ce que de —
vu —
folie vu ce —
ce —
comment dire —
ceci —
ce ceci —
ceci-ci —
tout ce ceci-ci —
folie donné tout ce —
vu —
folie vu tout ce ceci-ci que de —
que de —
comment dire —
voir —
entrevoir — croire entrevoir —
vouloir croire entrevoir —
folie que de vouloir croire entrevoir quoi —
quoi —
comment dire —
et où —
que de vouloir croire entrevoir quoi où —
où —
comment dire —
là —
là-bas —
loin —
loin là là-bas —
à peine —
loin là là-bas à peine quoi —
quoi —
comment dire —                                                                          
vu tout ceci —
tout ce ceci-ci —
folie que de voir quoi —
entrevoir —
croire entrevoir —
vouloir croire entrevoir —
loin là là-bas à peine quoi —
folie que d’y vouloir croire entrevoir quoi —                                   
quoi —
                       comment dire —
 
                       comment dire
            


                                Samuel Beckett
                                                     (texte publié en 1988)                                   


commentaires

De l'éperdu

Publié le 24 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis

  





"Éperdu est sans doute de tous les mots de la langue française celui que je préfère. C'est un mot qui ne calcule pas, qui n'arrête pas mais soudainement emporte vers l'improbable.
    De l'ancien français esperdre qui veut dire perdre complètement, il signifie aussi troublé par une violente émotion. À miser exclusivement sur la perte, il ne connaît ni la mesure ni la bassesse. Son envergure est immense et sa trajectoire bouleversante. Et s'il transfigure le regard, l'amour, la passion, c'est de toujours leur donner sa perspective de coeur qui bat contre le néant".


                            De l'éperdu, 
Annie Lebrun, Éditions Stock, 2000.





commentaires

Je n'aime pas le paradis

Publié le 17 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis











  









    
   Museum d'histoire naturelle   
        Guépard & Cormoran
   


 


    



I never felt at home - Below -
And in the Handsome Skies
I shall not feel at home - I know -
I dont like Paradise -

Because it's Sunday - all the time -
And Recess - never comes -
And Eden'll be so lonesome
Bright Wednesday Afternoons -

If God could make a visit -
Or ever took a Nap -
So not to see us - but they say
Himself - a Telescope

Perennial beholds us -
Myself would run away
From Him - and Holy Ghost - and All -
But there's the  "Judgment Day "!                                                                                Emily Dickinson.
                                                                                                                                                                       
Cahier 15 - Une âme en incandescence.
José Corti.
                                                                                                                                                   

                                                                                                          
             Je ne me suis jamais sentie Chez moi - Ici -
             Et dans les Cieux Magnifiques
             Je ne me sentirai pas Chez moi - je le sais -
             Je n'aime pas le Paradis -


commentaires

Dieu reconnaîtra les siens ?

Publié le 9 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis


Tiens, c'est une girafe et j'ai cru si longtemps que c'était un pommier. Alors ces pommes que j'aimais tant ? - C'était de la crotte, Aristide. - De la crotte ! alors, j'aimais de la crotte ? - Mais oui, Aristide, on peut se tromper et le principal c'est d'aimer.

       Les cerveaux brûlés,
Norge. Paris, Flammarion, 1969.


voix_K15.jpg
                 The Voice,
 Edvard Munch -1893




commentaires

Elle travaille une rose au coeur

Publié le 4 Octobre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis






                                                    N'ayant absolument plus aucun espoir
Ne comptant, même plus, sur l'intelligence,
Comprenant que la gloire est pour les heureux
Empêchée de vivre de ce corps foudroyé,
Les amis étants morts,
La science utile pour les vivants ;
Objet d'étonnement à ceux qui passent,
Scandale à ceux qui se contentent,
Assise sans presque respirer,
Elle travaille,

Une rose au Coeur.


 Très Haut amour
. Catherine Pozzi. Poésie / Gallimard






































  Automat,
1927.     Edward Hopper




commentaires