Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien

Explorations au bout de ma rue

Publié le 28 Novembre 2008 par Atalante dans Billets d'humeur

 

 

 

 


   



       Aujourd'hui, nous fêtons le centenaire de Claude Lévi-Strauss au Quai Branly. Peut-être irais-je, moi qui ai été nourrie aux Tristes tropiques de mes études en "Anthropologie sociale et sociologie comparée (?)" et qui aime répéter inlassablement : "Je hais les voyages et les explorateurs".

        Les français préfèreraient ne pas quitter l'héxagone et aller skier en autochtones. La crise internationale aurait-elle des vertus ? Irions-nous tous en coeur cultiver notre jardin ?

       Mais je n'aime pas vraiment les anniversaires. Il y en a tous les jours, et, pas des moindres en cette fin d'année. Comme le dit Claude Levi-Strauss lui-même, presque en ces termes, dans un entretien offert à France Culture, lors de ses quatre-vingt dix ans : "Un anniversaire ne se fête plus quand on descend les marches de la déchéance... on devrait faire le chemin à l'inverse : commencer sa vie en vieillard et partir en jeunesse". 

      Le rapport avec la photo prise lors de l'exposition de L'hôtel de ville "Paris en couleurs" qui nous donnait à voir les photos de la collection Albert-Kahn et le centenaire de Claude Lévi-Strauss ? Voici la rue de la Roquette en 1918. Ma rue... la rue de (presque) tous mes voyages et de toutes mes explorations. Nul besoin d'aller courir le monde. Il suffirait de marcher un peu... et peut-être ainsi d'aller à la rencontre d'un garçonnet de dix ans, Monsieur Claude Levi-Strauss ?

 

 

 



commentaires

Être ou ne pas être anachorète

Publié le 19 Novembre 2008 par Atalante dans Histoires d'oiseaux







                                                                                                                                                                      C.R.






commentaires

Qu'est-ce qu'elle dit, Zazie ?

Publié le 17 Novembre 2008 par Atalante dans Chemin faisant















































commentaires

Autopsie d'une jardinière

Publié le 17 Novembre 2008 par Atalante dans Je









commentaires

L'amour au mètre carré

Publié le 16 Novembre 2008 par Atalante dans Billets d'humeur

 

       

   
         Alors, rien de nouveau sous le soleil (Nihil novi sub sole) ? Ce n'est guère nouveau mais c'est fort lassant. À Paris (ailleurs et autrement), on s'estime au mètre carré. Combien possèdes-tu de mètres carrés ? alors ? propriétaire ou locataire ? arrondissement ? héritage ? surendettement ? conjoint(e) bienveillant(e) ? fonction publique ou profession libérale ? beurre et argent du beurre ? Même les plus âpres pourfendeurs de cette société, où l'avoir a presque tué l'être, se vautrent dans ces questions idiotes et vulgaires (
et de surcroît malhabiles, car on le sait : le mètre carré ne fait pas le riche). Même ceux qui s'indignent de la baisse de la valeur esprit veulent savoir combien vous valez.

       Je suis désolée. Je ne suis qu'une vaurienne. Ni Dieu ni Mètres.
Ma surface est dans mon regard (je sais, c'est un peu luciférien mais on fait avec ce que l'on a). Je vis tant bien que mal de l'air du temps. Comment dire qu'en matière immobilière, j'ai eu ma période rose, ma période bleue, et, ma période noire... et qu'avant tout, ce qui paye c'est l'esprit, coûte que coûte (Quitte ou double ? Je me paye votre tête ?).  Alors, je ne dis rien. Je parle mi-fougue mi-raison. Je m'amuse rageusement de voir des âmes aussi vénales. Elles me font peine, en vérité (je me fais peine aussi, hélas !).                                                                          
     Mon esprit ne s'entretient qu'avec les vraies personnes, celles qui savent que mon amitié est un trésor inestimable (comme c'est beau !).  Mon chéri, je vous épouse à partir de quatre vingt-cinq mètres carrés Paris intra-muros et d'un mètre quatre-vingt, côté rive gauche (c'est peu, mais c'est beaucoup pour une bobo pauvre). C'est bien connu quand on aime on ne compte pas.
   
    Alors l'amour, c'est du mètre carré ? Il faudrait peut-être poser la question au Maître Queue.


commentaires

Promenade de Monsieur et Madame Colvert

Publié le 14 Novembre 2008 par Atalante dans Histoires d'oiseaux



→                                                                                                  
















                                                      →    
                                                                                                            →    















                                                      
                                                       →    
→    

















                                                       →    
                                                                                                             →    

















                                                                                                             →    

















                                                                                                             →    




















commentaires

Suite pour oies bernaches

Publié le 13 Novembre 2008 par Atalante dans Histoires d'oiseaux



                                                                                                      
























































commentaires

Contorsionnisme et autres facéties

Publié le 12 Novembre 2008 par Atalante dans Histoires d'oiseaux

                                           



                                                            








































commentaires

Qui cache son fou, meurt sans voix

Publié le 7 Novembre 2008 par Atalante dans Histoires d'oiseaux











                  "Qui cache son fou, meurt sans voix."
                                      Face aux verrous, Henri Michaux
, Poésie Gallimard.






                                                            
                                                     
                                                          

commentaires

La haine de la musique

Publié le 3 Novembre 2008 par Atalante dans Billets d'humeur


   


      


     La prochaine fois que j'irai dans un café, et que le garçon me demandera :
 
            " - Bonjour, que désirez-vous boire ?

 Je répondrai :

             - Bonjour, juste un verre de silence. Merci."
 
    Assez de TOUS les cafés où on a droit à de "la musique" (au mieux du bon jazz), et, EN PLUS, à la télé (voir en boucle les clips de Mylène Farmer ou voir des défilés de futures femmes de présidents souriantes, même en plein Treblinka, des footballeurs ou des rugbimen à l'oeil vif, comme je les aime, et j'en passe).
   
    Occis les rendez-vous amoureux où on se chuchote à l'oreille des mots déraisonnables. Les murmures des amants sont bels et biens morts :

VIVA LA MUSICA !..  

   Il faut déjà faire ses courses en s'abreuvant, au mieux, du pauvre Vivaldi... c'en est assez, je fais la grève. Je hais la musique. Je veux du silence.

     Je m'en vais, de ce pas, faire un tour dans le désert comme Théodor Monod pour m'en mettre plein les poches de ce trésor introuvable dans ce vacarme audimaté.
    
        Merci pour ce petit silence.




   "
La musique multipliée à l'infini comme la peinture reproduite dans les livres, les magazines, les cartes postales, les films, les CD-ROM, se sont arrachées à leur unicité. Ayant été arrachées à leur unicité, elles ont été arrachées à leur réalité.  Ce faisant, elles se sont dépouillées de leur vérité. Leur multiplication les a ôtées à leur apparition. Les ôtant à leur apparition, elles les a ôtées à la fascination originaire, à la beauté.
    Ces anciens arts sont devenus des scintillations éblouissantes de miroirs, un chuchotement d'échos sans source.
"
 
  
   Pascal Quignard, la haine de la musique,  Calmann-Lévy, 1996.



commentaires

Victor, je t'aime encore

Publié le 1 Novembre 2008 par Atalante dans Morceaux choisis




                                                                                 
                                                                                 



           

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

                                                                                                                              

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

                                                                                           



















Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. (V.H.)


                            The dead town. Victor Hugo
                                                                                                                                                                                                                        


commentaires