Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien

Désarmée

Publié le 28 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain







commentaires

Music Hand

Publié le 27 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain










commentaires

L'écume des jours

Publié le 25 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Mémoire d'eau















commentaires

L'automne à Paris

Publié le 24 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain

                                                                                                                               





















commentaires

Comment peut-on philosopher avec des nibards ?

Publié le 17 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Billets d'humeur







      Comment peut-on philosopher avec des nibards ?



       C'était la question que se posait, mi-figue mi-raisin, un lettré de ma connaissance, après avoir animé avec brio un petit cercle d'amateurs de philosophie.

    Je vous explique un peu... la question n’était pas née tout de go... Évidemment Dame nature ayant été généreuse avec ma personne, j'étais sur le champ exclue du monde de Sophie (et alors, n’y-avait-il pas d’autres mondes moins désincarnés ?) Hannah Arendt ? Elle n'avait pas de nibards... Lou Andréas Salomé, non... non... non... non... je commençais à devenir blême... et si je me faisais Amazone ?… je l’avais un peu cherché tout de même… un peu prêcheuse de faux pour savoir le vrai...


    Ce lettré que j'apprécie pour son éloquence et sa sensibilité faisait juste un sondage. Un séminaire devait s'organiser. Le sujet proposé ne m'intéressait nullement (c'était gentil, on songeait à me faire venir). Alors, qui que quoi donc où pouvait bien intéresser alors l’amatrice de philosophie ? Que se passait-il dans ma caboche perchée sur des nibards ?

     Et bien voilà !... Les artistes hommes ont des muses, non ?  Et la muse, pour la femme artiste ? Les femmes artistes auraient-elles des museaux ?  à quoi et à qui pensait la sœur de Shakespeare quand elle écrivait ? (
Une chambre à soi, Virginia Woolf). De là, j'ai fredonné un peu honteusement le refrain de ma période chanteuse rock.

 

     "Je cherche mon museau, Car chacun son zoo, Les hommes la muse, Les femmes le museau. "


 (et je vous passe toutes les rimes usées jusqu'à la corde quoique.. médusée.. bien lunée...  c'était pas mal aiguë pour une rockeuse)." Ah !... tu voudrais peut-être nous parler du sexe de l'art ? " . " Tu penses qu'il y a une essence de la femme ? "  me suggère un compère, brillant philosophe adulant les muses. " Tu n'es pas très Simone de Beauvoir ? ". Non, Je ne pense pas que la femme soit un homme comme les autres.



     Et là, mes amis, je crois que Dieu Bacchus était passé par là... à l’improviste... je croyais rêver... j’étais blême... je suis devenue tout à fait bleue... j'ai eu droit à la Totale.


     " Une femme peut-elle avoir l'esprit de concept avec son corps ? "… "Quand elle conçoit, elle ne déborderait pas un peu en hystérie au sens noble du terme ?"... "Mais si, tu l'as lu le livre de Didi-Hubermann sur l'hystérie, la belle hystérie qui nous séduit tant les hommes" me souffle un troisième larron avec son œil balthusien… non, je n’avais pas du tout lu ce livre.


     À dix ans, j'étais déjà une philosophe.

Mon sujet favori : "Les larmes des crocodiles". À quatorze ans, c'était bel et bien fini, je pleurais pour de vrai, et je ne pouvais plus philosopher. Mais ces quatre années de philosophie sauvage m'ont fait entrevoir que la vie recelait d’une joie infinie si on la mirait par le prisme de l'ironie.  Quatre ans plus tard, ma révélation : l'ironie de Vladimir Jankélévich. Pas mal non, pour Une à Nibards ?


    L'affaire est triste...  mais je n’ai pas encore lu ce livre de Didi-Huberman, 
l’Invention de l'hystérie (je me disais bien… ce n’est que l’invention !…), Charcot et l'iconographie photographique de la Salpêtrière, Editeur Macula Eds, janvier 2001.

    Que faudrait-il me mutiler donc, pour être, Grâce à Dieu, une philosophe ? C'est dit... je deviens anorexique... et la cerise sur le gâteau... je ne plairai plus à mon museau.

    Sans rancune ?...

   Désormais la question triviale, je l’avoue, que je me pose sérieusement, à laquelle j'aimerais que vous me répondiez tous les trois, puisque nos organes influent sur nos pensées, n’est-ce pas ? Peut-on philosopher avec une quéquette dans la tête ?


 

commentaires

Désolée, ce n'est pas ma tasse de thé

Publié le 12 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain










commentaires

Ceci est mon sang

Publié le 5 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain







commentaires

Ceci n'est pas le genou de Claire

Publié le 5 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain




                                                                                                                                                                                                                                                                                       CECI N'EST PAS LE GENOU DE CLAIRE

commentaires

Les sentiments comme les dieux sont sauvages

Publié le 4 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Morceaux choisis







Tu voudrais que nous fassions la paix, que Thèbes devienne une cité paisible, un peu dormante, nourrissant de petits bonheurs, mais elle n'est pas comme ça, c'est un grand rapace qui a besoin d'un ciel, un cheval de guerre qui veut la bataille. Tu souhaites que je laisse Etéocle tranquille, que je devienne un bon roi qui laisse ses concitoyens engraisser et célébrer le culte des bons sentiments mais les sentiments comme les dieux sont sauvages, quand ils se civilisent, ils meurent et les rois bons perdent leur trône. Etéocle a besoin d'un adversaire à sa taille, moi aussi, cette lutte fait notre plaisir et tu prétends nous empêcher d'en jouir. Tu aurais pu trouver le tien en aimant un homme, en ayant une maison, des enfants. Tu as préféré protéger notre père, mendier pour lui, faire compatir toute la Grèce à son malheur et à ta piété filiale. Tu as trouvé là un singulier et sans doute énorme plaisir, pourquoi veux-tu maintenant nous enlever le nôtre qui est de tenter de battre le rival admirable...

           Antigone, Henri Bauchau, Ed. Actes sud, 1997.





commentaires

Je prends mon pied

Publié le 4 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain



commentaires

Nous formons un bon couple en ville mais pas tous les après-midis

Publié le 3 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Histoires d'oiseaux



Ce serait  trop mortel...


commentaires

La ronde

Publié le 3 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Histoires d'oiseaux






commentaires

Je prends mon mal en patience

Publié le 3 Octobre 2009 par A*TALANTE dans Je demain


                                                                                

                                                                                       






















































commentaires