Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien

Renverse du souffle

Publié le 21 Octobre 2016 par Cathy Reinold

SOIS AVEUGLE dès aujourd'hui :
l'éternité aussi est pleine d'yeux
s'y
noie ce qui a aidé les images à passer
par-dessus le chemin où elles venaient
s'y
éteint ce qui, toi aussi, t'emporta
du langage, d'un geste
que tu laissas advenir comme
la danse de deux mots de simple
automne, de soie et de néant.

Paul Celan, Renverse du souffle.

Renverse du souffle
commentaires

Face aux verrous

Publié le 20 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Le fou entend un autre tic-tac

 

Henri Michaux, Face aux verroux.

Face aux verrous
commentaires

Entre les lignes

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Entre les lignes
commentaires

J'aurais voulu parler sans images

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

J'aurais voulu parler sans images

J'aurais voulu parler sans images, simplement
pousser la porte...
J'ai trop de crainte
pour cela, d'incertitude, parfois de pitié :
on ne vit pas longtemps comme les oiseaux
dans l'évidence du ciel,
et retombé à terre,
on ne voit plus en eux précisément que des images
ou des rêves.

Philippe Jaccottet, À la lumière d'hiver.

commentaires

L'infini

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

L'infini

Toujours j'aimai cette hauteur déserte
Et cette haie qui du plus lointain horizon
Cache au regard une telle étendue;
Mais demeurant et contemplant j'invente
Des espaces interminables au-delà, de surhumains
Silences et une si profonde
Tranquillité que pour un peu se troublerait
Le coeur. Et percevant
Le vent qui passe dans ces feuilles - ce silence
Infini, je le vais comparant
À cette voix, et me souviens de l'éternel,
Des saisons qui sont mortes et de celle
Qui vit encor, de sa rumeur. Ainsi
Dans tant d'immensité ma pensée sombre,
Et m'abîmer m'est doux en cette mer.

Giacomo Leopardi, Canti

commentaires

Je suis ce cours de sable qui glisse

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Je suis ce cours de sable qui glisse

je suis ce cours de sable qui glisse
entre le galet et la dune
la pluie d'été pleut sur ma vie
sur moi ma vie qui me fuit me poursuit
et finira le jour de son commencement

cher instant je te vois
dans ce rideau de brume qui recule
où je n'aurai plus à fouler ces longs seuils mouvants
et vivrai le temps d'une porte
qui s'ouvre et se referme

Samuel Beckett, Poèmes suivi de mirlitonnades, Les éditions de Minuit

commentaires

Vertige

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Vertige
commentaires

Roscoff

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Roscoff
commentaires

Extase

Publié le 9 Octobre 2016 par Cathy Reinold

Dans une sérénité aiguë, devant le ciel étoilé et noir, devant la colline et les arbres noirs, j'ai retrouvé ce qui fait de mon coeur une braise couverte de cendre, mais brûlante intérieurement : le sentiment d'une présence irréductible à quelque notion que ce soit, cette sorte de silence de foudre qu'introduit l'extase.

Georges Bataille, le coupable

Extase
commentaires